Projet LabEx Icca 2016 – 2017

Socio-économie des festivals de séries TV et horizon temporel des spectateurs

Ce projet vise à étudier différentes logiques liées au marché des séries, à la communication et à la médiation numériques de deux festivals audiovisuels, et à appréhender la participation des publics à ces événements.

Parmi les questions majeures figurent la prise en compte des séries comme étant le résultat d’un processus créateur ; l’observation de la circulation des films et de leur médiatisation notamment par l’intermédiaire des plateformes et des réseaux numériques ; et enfin l’étude du public des séries en festivals en abordant les circonstances de la fréquentation, le rapport au temps consacré aux séries, l’articulation du visionnage des séries sur grand écran avec d’autres pratiques et la reconfiguration de la culture cinéphile et sériephile.

Le présent projet se propose de fournir des éléments de réponses, tant sur un niveau théorique et méthodologique qu’empirique. Nous nous appuierons pour cela principalement sur trois disciplines – l’économie, les SIC et la sociologie – pour saisir la configuration du système d’action des producteurs de contenus et appréhender les interdépendances des pratiques médiatiques et sériephiles des publics participant à un événement festivalier.

Economie et sociologie du travail créateur

Dans quelle mesure les évolutions actuelles de l’écosystème des séries modifient la production audiovisuelle, les métiers et la création audiovisuelle française?

Médiatisation et recommandation des séries

Quelle est l’influence de la communication des festivals de séries, des plateformes et des réseaux numériques sur les sériephiles et quel est l’impact de cette médiatisation sur la prescription et la recommandation ?

Publics des festivals

Y’a-t-il une relation entre les modalités de réception des séries par des publics fréquentant les salles de cinémas lors des festivals TV ou dans leur sphère domestique et l’horizon temporel des spectateurs qui se structure comme un ensemble de tensions ou d’ajustements par rapport au passé ou au présent ?

Responsables scientifiques

Kira Kitsopanidou, professeur Paris 3

Olivier Thévenin, professeur Paris 3

Membres du projet (liste non exhaustive)

Sabine Bosler, doctorante Université de Haute-Alsace

Elise Chièze-Wattine, doctorante Paris 3

Marion Ferrandery, doctorante Paris 3/Labex Icca

Timothée Euvrard, doctorant Paris 3

Fabrice Rochelandet, professeur des Universités Paris 3

Stagiaires 2016- 2017 UFR Arts et Médias Paris 3

Erwin Haye

Assia Kherrour

Aurore Lemesle

Nans Lombard-Meifret

Pauline Redeger

Stagiaires 2017 2018

Cyrielle Martin